UBER GANG – Festival de lectures-spectacle qui a pour but de faire entendre des textes d’autrices dramatiques contemporaines et de mettre en valeur la création portée par des femmes en créant des espaces d’émergences et d’expérimentation.

Nous poursuivons la programmation du Festival avec d’une part, Uber Gang – Sur la route comme la diffusion de lectures spectacle dans les lieux partenaires ; d’autre part le développement d’une programmation virtuelle avec la réalisation de Focus sur les autrices du festival.
Cette année, nous retrouvons le tout premier temps fort du festival à Carvin, c’est Uber Gang – Expérience. Un rendez-vous à taille humaine et fédérateur sur les écritures féminines pour donner à entendre ce qui de l’écriture ou de l’interprétation constitue la pluralité créative dans le théâtre, la littérature et la musique.
Désormais disponible, l’édition de La Revue du Festival, support papier, dans laquelle apparaît les publications des autrices de UG#3 en lien avec leur travail d’écriture, des portraits d’artistes programmées ou transversales, un travail de graphisme et de typographie menée par Lucie Baratte et Amélie Picavet.
Enfin, nous proposons aussi des actions culturelles auprès des publics en lien avec nos partenaires et les territoires d’action du Festival.
PolyphoniC est le titre de l’édition 2022. 


 

 

 

 

 

 

 

LUCIE BARATTE

Autrice et graphiste-typographe

La plume de Lucie Baratte s’inscrit dans une histoire féminine de la littérature qui refuse l’ordre établi et le bouscule par l’expression de l’étrangeté personnelle comme arme d’émancipation. Formée à l’école Estienne, Lucie Baratte est graphiste-typographe et a réalisé plusieurs livre en micro-édition. Depuis 2012, elle a réalisé plusieurs livres en micro-édition ou en numérique.
Elle aime inventer des ouvrages : écrire, imaginer, concevoir et illustrer des histoires. Son univers se décline en musique, contes, légendes, polar, voyages et féminismes.

 

LE CHIEN NOIR (2020, Éditions du Typhon)

Il était une fois un conte obscurci, englouti par un océan de ténèbres. Dans un pays lointain, la jeune Eugénie est mariée de force au mystérieux Roi Barbiche par son père. Commence alors pour elle un voyage aux confins du monde qui l’entraînera dans un château rempli de noirceur.


LAURE CATHERIN

Laure Catherin commence le théâtre pendant ses études d’ingénieur et choisit de s’y consacrer en intégrant l’École Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Bretagne. Assez rapidement elle s’intéresse au jeu théâtral dans d’autres langues, principalement l’anglais et l’allemand. En 2016, elle co-fonde la compagnie LaDude, jeune compagnie rennaise axée sur les textes contemporains et les représentations féminines au théâtre.

 

Béquille / Comment j’ai taillé mon tronc pour en faire des copeaux

Ce serait le combat dérisoire d’un combattant qui dans l’idéal, aimerait rester propre.

D’un lord anglais délicat qui se retrouve au milieu de la jungle poursuivi d’une mouche très tenace… Et qui, à force d’élaborer des stratégies pour ne pas avoir à l’écraser, rase la jungle.

 


CAMILLE DUPOND

Camille Dupond est une comédienne du Nord qui a commencé très tôt le théâtre. Une fois l’étude passée, elle décide de se confronter au monde du travail sans tarder. Elle va alors travailler avec différentes compagnies de la région. Étant absolument passionnée par le Jeu, elle prend un certain plaisir à varier les facettes de ce qu’offre le métier de comédienne, pouvant se confronter au bouffon comme au théâtre forum. Camille Dupond s’essaie même à l’image.

 

HEDDA

HEDDA, c’est un concert-spectacle éthylique ! Celui d’une artiste désuète qui a un sacré problème avec la boisson. Ce spectacle musical est construit comme une montée d’ivresse qui se termine par une énorme gueule de bois. Pour cette dernière tournée, cette artiste s’associe avec un musicien plus jeune qui fait figure de garde-fou mais l’âme est faible quand elle a peur… Dans une exubérance tragique, elle explose la bienséance et fracasse ses espoirs de reconquête scénique dans un ultime récital.


SAMIRA EL AYACHI

Samira El Ayachi, lensoise de naissance, lilloise d’adoption, est une romancière française. À l’âge de 16 ans, elle remporte un concours d’écriture national. À 27 ans, elle signe son premier roman. En 2009, elle décide alors de vivre « sa propre vie rêvée » et quitte tout pour se consacrer à l’écriture. Elle développe des collaborations avec le spectacle vivant, en parallèle de l’écriture de romans, et écrit des textes pour la lecture à voix haute.

 

Le Ventre des Hommes

A’Samar. J’aime la nuit. D’ailleurs c’est la nuit que je suis née. C’était un samedi. On s’en souvient tous. Le problème avec la Nuit. C’est que la Nuit y a personne pour emmener maman à l’hôpital. Parce que papa est à la mine, au travail de nuit. Le soir tombe sur les corons du nord de la France, et une fratrie se presse devant l’écran de télévision. Soudain apparaît le visage attendu : celui du père. Qu’y raconte-t-il ?

 


MARIE FORTUIT

Marie Fortuit, metteure en scène et actrice, commence par jouer au football au PSG quand elle est adolescente avant de choisir le théâtre. De 2009 à 2015, elle co-fonde et co-dirige avec Armel Veilhan La Maille, ancien entrepôt de charbon transformé en fabrique théâtrale dédié aux écritures contemporaines. Depuis, elle co-dirige avec son éternel associé la Compagnie Théâtre A. Et, en parallèle, elle continue de travailler sur une pluralité de mises en scène, d’ateliers et projets créatifs.

 

Sur le pont du Nord

Dix ans après la fuite d’Adèle loin de son Nord natal, son frère Octave et elle se retrouvent à Paris.

Chacun à sa manière, ils tentent de s’arracher aux blessures de l’enfance, de ne pas se noyer dans le souvenir d’un bal où, comme dans la chanson, quelque chose entre eux s’était écroulé.

À leurs côtés, le pianiste Kosta, compagnon d’une tante récemment décédée, la pilote de ligne Sonia, et une place pour les absents.


JULIE HAENNI

Julie Haenni est écrivaine indépendante, interprète et metteuse en scène en Suisse et en Allemagne. Elle travaille par-delà les frontières dictées par les disciplines, les formats et les structures conventionnelles, avec des amateurs comme des professionnels, pour la scène indépendante comme des structures subventionnées. Seule ou en collectif, en tant que metteuse en scène ou autrice, Julie Haenni conçoit le théâtre comme une invitation.

 

Femme disparaît (versions)

Un appartement déserté, des portes ouvertes, une paire de baskets sur le trottoir. Une femme entre, puis une autre, et encore une autre. Ces femmes ce sont toutes les femmes : les vieilles, les jeunes et les moyennes. Elles se disputent et se font peur, tentent de se libérer des récits qui les entravent. Elles inventent des histoires possibles et cherchent à échapper aux rôles assignés. Un chaos révolutionnaire s’installe, brûlant mais joyeux, pour envisager tous les moi possibles.

 


SYLVIE LANDUYT

Sylvie Landuyt est une créatrice de théâtre complète. Elle est autrice, actrice et metteuse en scène. En 1999, elle fonde la Bad Ass Cie, préoccupée par la prise en charge de la parole de populations en marge et par le travail avec les jeunes. Elle mènera ainsi, dans des formes théâtrales participatives, des ateliers au sein de différentes structures théâtrales ou maisons de quartier. Parallèlement, Sylvie Landuyt poursuit son métier d’actrice et glisse vers l’écriture. Depuis 2015, elle est directrice du département Théâtre au conservatoire royal de Mons/ARTS2.

 

WOW

Une actrice entre dans la peau d’un gamin. Le seul garçon de la fratrie. “Elle” est née de la déception du père. Alors Elle explore ce que ça fait d’être le gamin qu’on attendait depuis trois filles. Dans l’intimité d’une famille, Wow (ça suffit!) dissèque les clichés d’une masculinité imposée et part en quête de la complexité qui s’y cache. L’actrice expérimente le masculin dans un seul en scène comme une catharsis rock’n’roll, seul moyen d’exprimer sa colère et de se faire entendre.


MARINA SKALOVA

Marina Skalova a grandi entre la Russie, la France et l’Allemagne. À la fois matériau plastique et flux, son travail creuse différentes formes, au confluent des langues et des genres. Autrice et dramaturge au théâtre, son travail a été soutenu et distingué à plusieurs reprises ; il a aussi été présenté dans de nombreux pays entre la Russie et l’Italie. Par ailleurs, Marina Skalova est traductrice littéraire de l’allemand et du russe, une pratique organiquement liée à l’écriture.

 

La chute des comètes et des cosmonautes

Ce road-trip poétique de deux êtres à la dérive est une exploration de la chute de l’URSS et des idéologies politiques. Cette fable entrelace l’intime, l’exile et le voyage. Une jeune astrophysicienne et son père prennent la route pour un Berlin-Moscou en voiture, l’une habitée par une déception sentimentale, l’autre hanté par un sentiment de déracinement profond. Tout au long du voyage, LUI et ELLE se querellent, s’affrontent comme deux systèmes en perte d’utopie.

 


SOPHIE RAZEL

Sortie de l’école des hautes études de communication de La Sorbonne, Sophie Razel devient directrice de communication pour Île-de-France Opéra et Ballet, l’Opéra de Lille, le Ballet du Nord et l’Orchestre National de Lille. Parallèlement, elle développe des ateliers d’écriture à vocation littéraire et professionnelle, avant de se consacrer davantage à l’écriture de récits de vie, un genre entre journalisme et littérature.

 

C’était avant la nuit

Récit hommage de la vie exemplaire de Gaston Baratte, né en 1898 dans le petit bourg d’Ascq dans le Nord de la France, et tué lors de la fusillade perpétrée par les nazis le 1er avril 1944, qui a valu la mort a 86 hommes du bourg. C’est le récit au nom du petit-fils de Gaston Baratte, André, aujourd’hui âgé de 93 ans, qui a marqué toute une génération.

 

 
  • JE 28 > SA 30/04_22
    > L’Atelier MEDIA – Carvin (62)
    UG#4_EXPERIENCE >>  ici